intérieurs

Intérieurs.

Ils n’intéressaient personne.

Repliés sur eux même, pas un bruit et non visibles, ils ne dérangaient pas.
D’abord voyageurs, puis passagers temporaires de nos maisons, fabriqués et jetés à la chaine, mes paysages intérieurs sortent de ma poubelle.

Au coeur de l’hiver, l’en dehors se recroqueville, l’intérieur se déplie, vital - le voyage est le même.

En crise d’immobilisme covidaire, mes paysages intérieurs racontent l’histoire fascinante de mes poubelles géographes